Actualité

Cité de la Gastronomie : Dijon va concurrencer Beaune !

Jeudi 28 juin 2012 à 17:06 | Par Aurélien Gaudriot
Imprimer Réagir

Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

François Rebsamen imagine la Cité de la Gastronomie sur le site de l’hôpital général de Dijon

François Rebsamen a annoncé jeudi que Dijon serait candidate pour l’accueil de la future Cité de la Gastronomie. La Cité des Ducs concurrencera Beaune.

 

Dijon, future capitale de la gastronomie ? La capitale de la Bourgogne s’est en tous cas lancée dans la course pour l’accueil de la future Cité de la Gastronomie. Depuis l’inscription par l’UNESCO du « repas gastronomique des Français » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité le 16 novembre 2010, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires souhaite créer « un établissement vivant entièrement dédié aux cultures culinaires de France et du monde, à l’instar des lieux de référence qui existent dans les domaines de l’architecture, de la danse, du design ou des sciences ».

La Cité de la Gastronomie serait donc un espace valorisant l’art du bien manger et du bien boire à la française. Un atout évident en ce qui concerne la renommée de la ville et l’activité touristique.

 

Sur le site de l’hôpital général

 

Cette Cité, François Rebsamen la verrait bien s’implanter à Dijon. Et plus précisément sur « le site remarquable de l’hôpital général », « une fois que l’ensemble des services sur place seront transférés au Bocage Central » a précisé le sénateur-maire de Dijon durant la conférence de presse d’avant conseil municipal. Il y a encore du travail avant de pouvoir concrétiser ce projet, mais le pari est lancé.

Plusieurs villes, dont Saint-Denis, Tours et Lyon, ont manifesté leur souhait d’accueillir ce futur équipement culturel. Tout comme… Beaune. En effet, la ville du député-maire Alain Suguenot a reçu un courrier de la Mission française du patrimoine le 22 mai dernier stipulant que la ville de Beaune disposait « d’atouts indéniables susceptibles de satisfaire au cahier des charges défini ». Dijon a jusqu’au 17 juillet pour déposer son dossier de candidature. Une décision devrait être rendue courant 2013.

 

Avec Jérémie Demay

Revenir en haut de page

8 commentaires sur “Cité de la Gastronomie : Dijon va concurrencer Beaune !”

  1. par Rose

    Il serait temps que DIJON devienne une grande ville et surtout active, il manque quelque chose, à part des véhicules qui tournent toute la journée, des embouteillages une rocade à deux fois une voie: nul de nul un tram mais ou sont les architectes cela ressemble à une ville ratatinée. Bof du gâchis…

  2. par Canton6

    Je lis que SAINT DENIS est candidate!!! Saint Denis de la Réunion? ou celle du « 9.3 » ????

  3. par Thomas

    valoriser l’art du bien manger et du bien boire, cette cité mérite Bernard DEPIERRE comme Président, il a les atouts indéniables pour satisfaire à cette lourde charge …

  4. par Brigitte Bacheley

    ENCORE FAUDRAIT-IL TROUVER UN RESTAURANT OUVERT LE DIMANCHE!!
    UNE BONNE IDÉE DE SUJET : PARTIR DE LA GARE JUSQU’À LA PLACE SAINT MICHEL (ON ENLÈVE LES 100.000 KEBABS DE DIJON, LES BISTROTS ET FAST-FOOD…)
    ET LE LUNDI?
    QUI EST OUVERT : PLACE DU MARCHÉ, PLACE E ZOLA, RUE BERBISEY???

    • par Stef Tef

      On enlève tous les restos pour voir lesquels sont ouverts ? Logique…

  5. par Nestorine

    Et oui Dijon n’est plus à la hauteur. C’est vrai le dimanche quand on enlève les Macs DO? les Kebabs il ne reste plus grand chose pour aller se restaurer

  6. par Stef Tef

    Nestorine et Brigitte, au lieu d’être de mauvaise fois, il suffit de se renseigner un peu, on peut en trouver près de 80 vrais restaurants ouverts le dimanche sur un site (je ne souhaite pas faire de pub mais une petite recherche sur internet et hop).

Laisser une réponse

Votre nom :
Votre email :
L'email de votre ami :
Votre message (facultatif) :




  • Mots clés

  • Revenir en haut de page