Plan d’épargne en actions : les indispensables à connaître sur son fonctionnement

Plan d’épargne en actions : les indispensables à connaître sur son fonctionnement

Le plan d’épargne en actions (PEA) est devenu un moyen efficace pour ceux en quête d’une solution effective pour se constituer un portefeuille pour investir en bourse. Jouissant de nombreux avantages fiscaux, ce compte-titre de droit français est à la source d’un nombre important d’interrogations.

En effet, plusieurs profils d’intéressés allant des jeunes actifs aux retraités sont actuellement à la quête d’un maximum d’information sur le PAE avant de se lancer dans l’ouverture d’un compte. Il s’agit d’une considération pertinente puisque plusieurs éléments sont effectivement à prendre en connaissance en vue de tirer le maximum d’avantages. Débrief sur les essentiels à savoir à ce sujet.

Plan d’épargne en actions : késako ?

Le PEA est un dispositif mis en place pour faciliter l’entrée sur le marché des actions européennes pour les particuliers. Générer principalement pour favoriser l’investissement en bourse, le PEA permet de se créer un capital ou une rente viagère une fois à terme.

Par ailleurs, ce Plan d’épargne en actions permet à son détenteur d’investir en Bourse et de tirer des attraits particuliers d’un investissement sur le long terme des actions. Le tout sera accompagné des avantages fiscaux non négligeables avec à la clé une exonération des gains et plus-values après 5 ans de possession du compte-titre.

En outre, ouvrir un PEA permet d’associer performances sur les marchés financiers et fiscalité attrayante. Il s’agit des principales raisons qui ont poussé les individus à devenir détenteurs de ce type de compte particulier. L’inscription peut se faire au sein de multiples établissements financiers tels :

  • les banques : le PEA sera constitué d’un compte-titre et d’un compte en espèces ;
  • les intermédiaires financiers spécialisés dans les prestations d’investissement ;
  • les sociétés de Bourse ;
  • les agences de la Banque postale ;
  • et même au niveau des compagnies d’assurance. Le compte prendra la forme d’un contrat de capitalisation en unités de compte.

Aucun versement minimum n’est imposé, peu importe l’établissement d’ouverture choisi. Cependant, seul un plafond de 150 000 euros est fixé. Concernant les gains, aucun seuil n’est prescrit.

Fiscalité en PEA

Ouvrir un compte Plan d’épargne en actions requiert tout simplement la majorité et une domiciliation fiscale en France. Compte totalement individuel, un couple n’est pas en mesure d’ouvrir un PEA commun, et seuls 2 PEA sont autorisés au sein d’un même foyer fiscal.

Au sujet de sa fiscalité, cette dernière ne sera effective qu’au moment de la clôture du PEA. L’imposition éventuelle ne sera effective que sur les gains perçus par l’investisseur. Les profits se calculent par la différence entre la somme finale et la valeur initiale de l’investissement. Le taux d’imposition sera fixé en fonction de l’ancienneté du PEA lors du retrait.

  • Taux de 22,5 % de la somme perçue pour les PEA de moins de 2 ans
  • 19 % d’imposition pour les gains retirés dans une PEA entre 2 et 5 ans
  • Au-delà de 5 ans, les gains perçus seront exonérés de toute fiscalité.

Dans le cadre d’une perte, la moins-value sera imputable sur une durée de 10 ans sur les plus-values de nature similaires effectuées hors de la PEA. Par contre, peu importe la durée du compte PEA, les profits seront toujours soumis aux prélèvements sociaux de 17,2 %.