L’expérience IA dans les banques

L’expérience IA dans les banques
L’IA n’a jamais été aussi omniprésente. Pourtant, il est des secteurs difficiles à pénétrer. Le monde de la finance et des banques a longtemps été bâti sur les relations humaines. Rendez-vous en agence avec un conseiller physique, virement réalisé dans un établissement bancaire… Les liens humains et matériels sont constitutifs du secteur de la banque. Pourtant, l’apparition des chatbots a changé la donne. La gestion des demandes est devenue dématérialisée, automatisée et personnalisée grâce à ces petits assistants virtuels.

L’apparition des chatbots dans le secteur de la finance

Avec l’émergence de banques 100% dématérialisées, les grands organismes bancaires ont dû s’adapter aux nouveaux besoins des clients. Pour ce faire, elles ont opté pour une transition digitale progressive, adaptée aux habitudes de leur communauté. Pour cette dernière, la banque est, encore et toujours, un lieu où la confidentialité oblige à des rendez-vous physiques avec des conseillers en agence.

Pour soulager les conseillers en agence d’une masse de travail parfois conséquente, les banques ont donc investi dans des solutions digitales : dématérialisation des procédures administratives, chatbots, F.A.Q sur le site internet… Tous ces dispositifs ont permis un gain de temps et d’énergie considérables pour les instituts bancaires.

Les chatbots, par leur modernité et leur efficacité, ont été d’une aide précieuse. En devenant des assistants virtuels, ils permettent de livrer des réponses concrètes aux requêtes récurrentes des clients. Solution additionnelle et complémentaire, la technologie de chatbot aide les banques à recréer du lien avec leur clientèle en offrant plus de temps aux conseillers pour les entretiens à valeur ajoutée.

À quoi servent les chatbots pour les banquiers ?

Autrefois, l’utilisation de l’IA était soumise à de nombreuses critiques : pas assez sensible, trop lacunaire dans les réponses, problèmes de compréhension fréquents… Avec les chatbots 2.0, il n’en est rien. Non seulement ils deviennent plus intelligents à chaque requête grâce au Machine Learning, mais ils sont aussi capables d’intelligence émotionnelle et rationnelle.

Le robot virtuel est donc en mesure de gérer plusieurs opérations autrefois attribuées aux conseillers physiques. Son rôle ? Augmenter les banquiers et les conseillers, non les remplacer ! Par conséquent, il guide les utilisateurs en toute transparence, pour les aider à trouver les réponses à leurs demandes quasi instantanément.

Le chatbot est particulièrement utile aux banques pour réaliser des démarches chronophages et fastidieuses. L’automatisation des procédures permet aux clients de trouver facilement et rapidement l’information recherchée. Par ailleurs, le chatbot favorise la personnalisation de l’expérience client en analysant l’historique des données et en fournissant la réponse la plus adaptée.

Cette solution rapide et innovante optimise le rapport quotidien que le client entretient avec sa banque : gestion des comptes, virements, demande de chéquiers, remboursements, etc.

Un service client basé sur l’IA ?

Avec l’apparition des chatbots, les services financiers retrouvent leur plein potentiel. Les consommateurs sont devenus de plus en plus habitués à ces assistants virtuels et n’hésitent pas à passer davantage par eux pour renforcer leur autonomie.

En revanche, ils savent l’importance des conseillers physiques, notamment pour les opérations plus délicates ou les questions complexes. Reste que le chatbot est aujourd’hui, dans le secteur de la finance, une aide précieuse qui optimise l’expérience de la consultation des comptes.

Ainsi, les plateformes conversationnelles basées sur l’IA présentent des avantages certains pour les banques : gain de temps, économies, réduction du taux de contacts…

Zaion, solution IA pour le secteur de la finance, est une technologie qui saura aider les équipes dans l’exercice de leurs fonctions quotidiennes. Le monde de la banque évolue, à nous de lui donner la chance de se développer durablement.